Programme 23 | 24

Ensemble Vocal BIS

est un chœur  de la région Lausannoise, composé actuellement d’une cinquantaine de choristes. Fondé en 1985, il est dirigé depuis 1986 par son co-fondateur, Olivier Piguet.Le chœur  se caractérise par son désir de faire des programmes variés et originaux, alternant ainsi des concerts avec piano, des œuvres  plus conséquentes avec orchestre, des partenariats avec d’autres chœurs  et même des comédies musicales.

Né à Vevey, Olivier Piguet a chanté dans de nombreuses chorales, dont Pro Arte à Lausanne. Titulaire du brevet pour l’enseignement de la musique, il partage son activité entre enseignement au Gymnase Auguste Piccard et direction de chœurs. A la tête de l’Ensemble Vocal Bis depuis 1986, il dirige égale-ment l’ensemble S’otto Voce (répertoire romantique avec piano, pages d’opérette ou musique sacrée) jusqu’en 2012. Il reprend la direction du chœur des Gymnases Lausannois en 1996 et permet ainsi aux étudiants de se familiariser avec les œuvres classiques et de découvrir la pratique du chant choral, lors de concerts accompagnés de solistes et musiciens professionnels. Enfin, il faut noter les nombreux ar-tistes qui lui ont fait confiance pour interpréter leur création: François Margot, Blaise Mettraux, Michel Oguey, Jean-Claude Bossel, Thierry Dagon, Gérard Massini, Richard Rentsch, Nicolaï Schlup, Bernard Novet et Stanislas Romanowski, et Christian Gavillet.

 

Distribution:

Jacky Cahen, alto   
Manuel Gerber, ténor

Ensemble instrumental :

Yevgeniya Suminova et Artur Papp, violon
Michaël Kovalchuk, alto
Clément Stauffenegger, violoncelle 
Samuel Ramos, contrebasse
Clothilde Ramond et Miquel Pérez Ribas, hautbois 
Félicien Fauquert, cor

Anne Chollet, orgue

Daniel Marguerat, méditation

Chœur Ardito
Ensemble vocal mixte, le chœur Ardito de Lausanne compte une cinquantaine de chanteurs. Son répertoire classique et sacré privilégie les périodes baroque et romantique, tout en abordant régulièrement les œuvres de compositeurs contemporains.

Nicolas Reymond obtient un brevet de maître de musique en 2001, puis un certificat d’études de solfège en 2002 au Conservatoire de Lausanne. En 2003, c’est au Conservatoire de musique de Genève et dans la classe de Michel Corboz qu’il réussit son diplôme professionnel de direction de chœur. Il perfectionne ensuite sa technique vocale pendant cinq ans au Conservatoire de Lausanne auprès de Pierre-André Blaser, puis au Conservatoire de Genève avec Isabelle Martin-Balmori. Professeur de musique à côté de ses activités musicales, il fréquente enfin la Haute école pédagogique de Lausanne où il obtient un diplôme de maître de musique et de mathématiques.

Chef de chœur, Nicolas Reymond se soucie de la formation et de l’intégration des jeunes chanteurs dans les chœurs de la région. C’est dans ce but qu’il crée en 2002, avec Dominique Tille, le Chœur des jeunes de Lausanne, qu’il co-dirige jusqu’en 2007. En tant que ténor, il a notamment fait partie de l’Ensemble vocal de Lausanne, des Chœurs des Conservatoires de Genève et Lausanne ainsi que du Chœur suisse des jeunes. Il a également dirigé le chœur mixte de la Batelière et l’ensemble vocal de Villette. Président de la Société vaudoise des maîtres de musique (SVMM) et professeur de direction à l’Association vaudoise des directeurs de chœur (AVDC), il est également responsable pédagogique de la filière « Musique à l’école » à la Haute école de musique des cantons de Vaud et de Fribourg, et enseigne au collège de Vevey.

Distribution:

Rébecca Viala, soprano   Nicolas Reymond, ténor

Marcos Garcia Gutierrez, basse

Ensemble instrumental:

Artúr Papp et Adam Nagy, violon
Michaël Kovalchuk, alto
Sarah Fouchenneret, violoncelle 
Samuel Ramos, contrebasse
Olivier Thomas et Patrice Foresi, hautbois d’amour

Anne Chollet, orgue

Jean Chollet, méditation

Chœur Vivace
Fondée en 1860, l’Union Chorale de Lausanne (UCL) est d’abord un chœur d’hommes dirigé par des chefs renommés tels H. Lang, C. Hemmerling et R. Mermoud. En 1943, l’UCL et le Chœur de Dames de Lausanne s’unissent pour interpréter des grandes œuvres d’oratorio, puis ils fusionnent en 1982 et deviennent un chœur mixte, toujours sous le nom d’Union Chorale. En décembre 2001 l’Union Chorale de Lausanne change de nom et devient le Chœur Vivace.

Privilégiant les grandes œuvres de la musique classique vocale, avec une incursion occasionnelle dans la musique non sacrée, le chœur Vivace cultive l’art vocal de manière dynamique et créative. Le chœur a interprété de nombreuses œuvres célèbres telles que l’Oratorio de Noël de Bach, la Messa di Gloria de Puccini, le Psaume 95 et Elias de Mendelssohn, les Vêpres de la Vierge de Monteverdi, le Requiem de Mozart, etc…Il a également su s’ouvrir à d’autres aventures musicales. Ainsi, il a exploré l’univers de l’opérette et relevé le défi de l’interprétation de Didon et Enée de Purcell dans une mise en espace de Gérard Demierre. Le répertoire contemporain a aussi eu sa place, le chœur ayant présenté des créations d’Antoine Auberson (« Les sept états de l’âme ») et de Thierry Besançon (« Un matin sur le Mont Chevelu »), œuvre créée pour le chœur à l’occasion de son 150ème anniversaire.


Johanna Hernandez
est née au Vénézuela en 1982. Formée à la direction d’orchestre à l’HEMU Lau-sanne et à la direction de chœurs à la HSLU Lucerne, elle est à la tête du chœur Vivace de Lausanne et du chœur de Rivaz – St-Saphorin. Avec ces formations, elle a abordé des répertoires allant du baroque à la comédie musicale. Durant ses études, elle rencontra des artistes et pédagogues qui ont enrichi sa formation musicale, tels que Gábor Takács-Nagy, Jean-Jacques Kantorow, Ulrike Grosch, Ernst Schelle, entre autres. Egalement formée au chant, violon et Coordination Respiratoire MDH, elle enseigne le chant à l’école Catalyse de Genève et étudie auprès de Robin de Haas pour l’accompagnement des chanteurs et personnes avec des difficultés respiratoires. Johanna Hernandez chante dans le Collegium Vocale zu Franziskanern de Lucerne, dirigé par Ulrike Grosch, assistante de Ton Koopman dans les enseignements des œuvres vocales de J. S. Bach.

Distribution:

Charlotte Müller Perrier, soprano
Andrés del Castillo, ténor

Ensemble instrumental:

Ella Verant et Adam Nagy, violon
Zaiga Vilcane, alto
Gabrielle Jardin, violoncelle
Romain Corne, contrebasse
Yu-Hsuan Kuo et Maud Feuillet, flûte
Clothilde Ramond et Gaëtan Beauchet, hautbois
David Merci, Melissa Krummenacher et Joachim Favre, trompette
Marilyne Musy, timbales

Anne Chollet, orgue

Daniel Marguerat, méditation

Sophie Negoïta

Après un bachelor chez Brigitte Balleys à l’Hemu Lausanne, la soprano suisse Sophie Negoita termine son master auprès de Barbara Bonney à l’Université Mozarteum de Salzburg. Membre de la maitrise du Conservatoire de Lausanne, elle se produit très tôt à l’Opéra de Lausanne et au Grand-Théâtre de Ge-nève dans des rôles tels que Sophie Brook (Petit Ramoneur, Britten) ou le premier garçon (Flûte En-chantée , Mozart). Sophie a chanté à plusieurs reprises sous la direction de Philippe Huttenlocher , no-tamment les rôles de Cupid dans Venus et Adonis (Blow), Venus, Cupid et Soprano dans le Roi Arthur (Purcell), Second Woman dans Didon et Enée (Purcell) et Quivera dans The Indian Queen (Purcell). En concert on a pu l’entendre entre autres tenir les parties solistes de la Passion selon St-Jean (Bach), l’Oratorio de Noël (Bach), la Missa in Angustiis (Haydn) et le Requiem de Mozart. Sophie a chanté La Courte Paille de Poulenc dans le foyer de la Monnaie à Bruxelles et a été invitée trois années consécuti-ves au Festival of Strings d’Orvieto en Italie (Exultate Jubilate de Mozart et Bachianas Brasileiras de Villa-Lobos). Elle a chanté Solveig (Peer Gynt, Grieg ) au Théâtre du Jorat ainsi que les rôles de Barbara Gerl et Farinelli durant trois éditions du Festival d’Avignon dans des pièces de théâtre de Jean Chollet. Récemment elle a chanté le Gloria de Poulenc avec la CameratAmoyal et faits ses débuts en Allemagne au Forum für Neue Musik Klanggabe à Francfort ainsi qu’à Salzburg dans le rôle de Mrs. Coyle dans Owen Wingrave à l’OperMozarteum.

Raphaël Hardmeyer

Né à Lausanne, il a débuté son parcours musical par l’étude du violon, puis de l’alto, à la fin duquel, il a obtenu le Certificat Supérieur.
À 26 ans, après l’obtention d’un master en droit, il débute ses études de chant au conservatoire de Lausanne auprès de Bertrand Bochud, puis il est admis, trois ans après, auprès de la Haute Ecole de Musique de Genève successivement dans la classe de Gilles Cachemaille et Alexander Mayr auprès desquels il a obtenu son Master. Parallèlement à ses études, il suit régulièrement des Masterclasses données par Helmut Deutsch, Joseph Loibl, Klaus Mertens, Jadwiga Rapé, Luisa Castellani, Claudio Desderi, Stephan Genz et complète son répertoire avec Lioba Braun. Raphaël Hardmeyer s’est d’abord produit en tant que soliste dans des oeuvres de Bach, telles que l’Oratorio de Noël, le Magnificat, les messes brèves ou différentes cantates. Il se produit également avec la pianiste belge, Pauline Oreins, avec laquelle il a atteint la finale du Concours Mahler de Genève 2016.
Son répertoire s’étend de la musique de la Renaissance, de la musique baroque en passant par les opéras mozartiens, Puccini jusqu’au répertoire contemporain. Ainsi en novembre 2015 il a pu travailler les Goethe Lieder de Wolfgang Rihm avec le compositeur en personne. Côté enregistrement on trouve Raphaël dans le rôle de Charles Quint dans l’opéra Ascanio de Saint-Saëns (Label BNote – 1ère mondiale).

Ensemble instrumental:

Justin Lamy et Ella Verant, violon
Zaiga Vilcane, alto
Gabrielle Martin, violoncelle
Samuel Ramos, contrebasse
Patrick Margerat, Gaëtan Beauchet, Miquel Pérez Ribas, hautbois et cor anglais
Pedro Martinho, basson

Anne Chollet, orgue

Virgile Rochat, méditation

Ensemble Vocal Hémiole
L’ensemble vocal Hémiole, fondé en 1989, est dirigé par John Duxbury. Cette vingtaine de chanteurs amateurs de la région lausannoise se réunit autour d’une passion commune : la musique ancienne. Le nombre restreint de ses choristes correspond à un désir de qualité vocale. Hémiole explore les musiques venues de différentes régions d’Europe – Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Italie – depuis la Renaissance jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Monteverdi et Schütz, Tallis, Byrd et Purcell côtoient ainsi dans nos programmes Bach et ses prédécesseurs, Pachelbel et Buxtehude. Fort de cet ancrage dans la musique baroque, Hémiole présente aussi les œuvres de compositeurs plus récents, les rapprochant ainsi des maîtres qui les ont fait vibrer et ont nourri leur inspiration. Lorsque l’ensemble vocal ne se produit pas dans des programmes a capella, il s’entoure, par souci d’authenticité, d’instruments d’époque. La lecture des partitions est également complétée par des recherches sur l’univers culturel des compositeurs concernés. Lors de chaque concert, nous proposons au public la traduction des textes chantés, élément primordial pour la compréhension de cette musique qui laisse une part importante à la rhétorique et à l’expression des sentiments religieux ou profanes.

Diplômé de la Royal Academy of Music de Londres (chant, accompagnement, composition, direction), John Duxbury a commencé très tôt en Grande Bretagne et à l’étranger une carrière de chanteur. Il a participé à de nombreux concerts, opéras et enregistrements : membre fondateur du Monteverdi Choir, il a travaillé avec John Eliot Gardiner, mais aussi avec Roger Norrington, Edwin Loehrer et la Societa Cameristica di Lugano. Parallèlement à son activité de chanteur, il a également préparé le Monteverdi Choir en tournée et, à Lugano, le chœur de la Radio Suisse Italienne. Dès 1980, date de son arrivée à Genève, il a ponctuellement rempli les fonctions de chef de chœur au Grand Théâtre de Genève et à l’Opéra de Lyon. Il a fondé en 1984 à Genève l’Ensemble Cantatio, formé principalement de jeunes chanteurs professionnels, qui se produit régulièrement dans des concerts et spectacles lyriques. John Duxbury assure la direction de l’ensemble Hémiole depuis l’été 2003. Il est professeur à la HEM de Ge-nève jusqu’en 2011.

Distribution:

Charles Sudan, contre ténor
Gabriel Colin, ténor
Philippe Gregori,m basse/baryton

Ensemble instrumental:

Céline Pasche et Marion Papaux, flûtes à bec
Amandine Lesne et Sarah Walder, violes de gambe
Jordan Gregoris, violoncelle 
Romain Corne, contrebasse

Anne Chollet, orgue

Jean Chollet, méditation

Chœur de Chambre de l’Université de Genève et
Jeunes chanteurs de l’EML
direction Theodor Gafner

Les Jeunes chanteurs de l’EML (Ecole de Musique de Lausanne) sont constitués d’enfants et de jeunes : ils seront le bol d’air frais de la saison 23-34 ! Le credo de cette formation est que la pratique du chant en chœur permet de découvrir la musique et le plaisir de la scène tout en explorant et développant une technique vocale solide, ancrée dans le corps et le mouvement.

Après avoir pratiqué la danse et la musique, Theodor Gafner entreprend des études de flûte traversière au Conservatoire de Lausanne, qu’il termine en 1994 par un premier prix de virtuosité dans la classe de Pierre Wavre. En juin 2000, il obtient un diplôme de direction dans la classe de Laurent Gay au Conser-vatoire de Genève, et poursuit sa formation par un diplôme de branches théoriques dans la classe de William Blank, ainsi qu’un diplôme de maître de musique (DESM). Parallèlement à l’enseignement de l’initiation musicale au Conservatoire de Lausanne et de la musique au Collège de l’Elysée, il dirige l’Orchestre de la Madeleine à Genève, ainsi que les chœurs Alphéga à Morges, et Oratorio à Lausanne. Il collabore avec la Maîtrise du Conservatoire de Lausanne dans le cadre de Cantate et Parole. Après avoir été professeur suppléant de théorie à la Hochschule der Kunst de Berne, à la Haute Ecole de Musique de Genève ainsi qu’à l’Haute Ecole de Musique de Lausanne, il vient d’être accrédité à l’Académie suisse de musique pédagogie Kalaïdos. Dans le cadre de l’association Flauto dolce, il a créé les œuvres de Giorgio Tedde et de Paolo Aralla. Il est invité à diriger des ensembles tels que: l’orchestre Sinfonietta de Lausanne, l’orchestre du festival «du bois qui chante», l’ensemble Agréga Piacere, ainsi que l’ensemble Namascae d’Annemasse.

Distribution:

Naima Wanshe, soprano
Marie Sophie Roux alto                    
Fernando Cuellar, ténor
Vincent Casagrande, basse

Ensemble instrumental:

Barnabas Stuller et Jamila Garayusifli, violons                        
Michael Kovalchuk, alto
Guillaume Bouillon, violoncelle  
Romain Corne, contrebasse                               
Clothilde Ramond et Gaëtan Beauchet, hautbois d’amour 
Pedro Martinho, basson

Damien Desbenoit, orgue

Jean Chollet, méditation

Chœur de chambre de l’Université de Fribourg
Dirigé depuis 1987 par son chef fondateur Pascal Mayer, le Chœur de Chambre de l’Université de Fri-bourg (CCUF) cultive un vaste répertoire étendu de la Renaissance à nos jours, principalement. Privilé-giant la musique des deux derniers siècles, il a créé plusieurs œuvres contemporaines parfois comman-dées à son initiative. Il se plaît également dans un répertoire plus léger, du chant populaire à la comédie musicale. Distinct du Chœur de l’Université et des Jeunesses musicales de Fribourg (CUJM) qui est essentiellement estudiantin, le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg (CCUF) est formé de choristes amateurs expérimentés qui répondent à de strictes exigences vocales et musicales. Il donne de nombreux concerts en Suisse et à l’étranger, a cappella ou avec accompagnement de piano, d’orgue, de petite formation instrumentale ou de grand orchestre.Le CCUF se produit le plus souvent sur appel, assurant l’affiche à lui seul. Il participe à des festivals et rencontres chorales. En concert, Son effectif varie généralement de trente à cinquante chanteurs. Il lui arrive d’autre part de rejoindre ou de renfor-cer de grands chœurs d’oratorio et d’opéra.

Pascal Mayer dirige le Chœur Pro Arte de Lausanne, le Chœur de Chambre de l’Université de Fribourg (CCUF), et le Collegium Musicum, chœur et orchestre de l’église des Jésuites de Lucerne, où il enseigne la direction chorale à la Hochschule-Musik. À Fribourg, il enseigne la musique et dirige le chœur du Collège Ste-Croix, ainsi que le chœur de sa paroisse de Grolley. Il prépare également chaque année les chœurs pour le Festival d’Opéra d’Avenches. Dernièrement, il a dirigé le Chœur de l’Opéra de Lausanne pour la 9e Symphonie de Beethoven avec le Ballet Béjart Lausanne, et pour La Cenerentola (Gioachino Rossini) et Ariodante (Georg Friedrich Händel). Avec une sensibilité musicale aussi vive qu’éclectique, alliant la rigueur formelle aux qualités lyriques et expressives acquises à l’école des compositeurs de la Renaissance, Pascal Mayer explore les grandes œuvres – de la Messe en Si de Bach au War Requiem de Britten – ainsi que des voies musicales nouvelles. Formé aux conservatoires de Fribourg et de Zurich, Pascal Mayer a chanté à l’Ensemble vocal de Lausanne (dir. Michel Corboz), au Chœur de la Radio Suisse Romande (dir. André Charlet) et au Kammerchor de Stuttgart (dir. Frieder Bernius). Appelé par Paul Sacher, il a dirigé le Basler Kammerchor durant cinq ans. Pendant vingt ans, il a dirigé le Chœur Faller de Lausanne, ensemble qui lui a permis d’accéder aux grands oratorios du répertoire. Avec le Chœur Pro Arte, Pascal Mayer collabore régulièrement avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL), le Sinfonietta de Lausanne et l’Ensemble baroque du Léman dans un répertoire qui marie les grandes passions baroques, l’oratorio et des œuvres du XXe siècle. Il prépare occasionnellement des chœurs professionnels, notamment le Chœur de la Mitteldeutscher Rundfunk (Leipzig) et le Mozart-Ensemble de Lucerne.

Chœur Ars Vocalis
Ars Vocalis est un chœur lausannois d’une cinquantaine de chanteurs, fondé en 2018 et dirigé par Roberto Rega.
Le chœur interprète de la musique sacrée et profane et son répertoire s’étend de la Renaissance à nos jours. Pour ses concerts inauguraux en janvier 2019, le chœur a interprété le Requiem de Gabriel Fauré et deux œuvres de Charles V. Stanford : le Magnificat et le Nunc Dimittis op. 81, accompagné par le Sinfonietta de Lausanne.
Il a ensuite été invité par l’Orchestre Symphonique de l’AMAmusique à interpréter le Requiem allemand de Johannes Brahms au Victoria Hall à Genève, en duo avec le Chœur des Pays du Mont-Blanc. En octobre 2019, c’est sur les rives de la Moldau, à Prague et à Sedlec, que les deux chœurs ont présenté cette même œuvre dans le cadre de la commémoration des 30 ans de la Révolution de Velours. Ars Vocalis a aussi interprété la Cantate BWV 48 de J.-S. Bach lors de la saison 2019-20 de « Cantate et Pa-role » à l’Eglise St-Laurent à Lausanne.
Son programme de concerts « Love is in the Air », présenté en février 2020 à Lausanne et à Vevey, a réuni des œuvres de la Renaissance et de musique de chambre de Claudio Monteverdi, Johannes Brahms et Eric Whitacre. Les 11 et 12 octobre 2021, au Victoria Hall et à la Cathédrale de Lausanne, le chœur Ars Vocalis avec la Maîtrise du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre de Genève, l’Ensemble vocal de jeunes Auralis et le Sinfonietta de Lausanne a présenté l’œuvre de Karl Jenkins The Peacemakers, pour sa première exécution en Suisse Romande. En octobre 2023, Ars Vocalis, avec la participation de la Maîtrise du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre de Genève, accompagné par l’Orchestre de Chambre de Lausanne, présentera deux œuvres anglaises du 21è siècle: Mass of the Children de John Rutter et le Da Vinci Requiem de Cecilia McDowall.

Pianiste, chef de chœur et chef d’orchestre, Roberto Rega est né en 1970 à Pescara (Italie), ville où il obtient un diplôme de piano. Entre 1991 et 1996, il se perfectionne avec Victor Merzhanov, professeur de piano au Conservatoire “Tchaïkovski” de Moscou. Parallèlement, il achève une maturité scientifique et poursuit une formation universitaire en Sciences Informatiques ainsi que des études de composition.
En 1997, il quitte l’Italie et est engagé en tant que pianiste au Grand Théâtre de Genève, puis à l’Opéra de Paris. En 2002, son interprétation du premier Concerto de Chopin lui vaut un 1er Prix de Virtuosité avec félicitations du jury dans la classe de Dominique Weber au Conservatoire de Sion (Suisse). Dès 2007, suivant sa vocation, il se consacre à la direction chorale et d’orchestre. C’est au Conservatoire “G. Verdi” de Turin qu’il complète un diplôme et un master avec mention en Direction d’Orchestre avec Mario Lamberto, ainsi qu’un master cum laude en Composition et Direction Chorale avec Paolo Tonini Bossi et Dario Tabbia. Roberto Rega s’est produit à la tête du Chœur de femmes Arte Musica et Gospel Spirit de Genève, de l’Orchestre de Terni, de l’Orchestre et Chœur du Conservatoire de Turin, de l’Orchestre et Chœur Symphonique du Mont Blanc, du Jardin Musical de Grenoble, des Jeunes Virtuoses de New York.